Chapitre XIII Le spectacle : Le dernier jour d’un condamné

Situation du passage :

Après avoir entendu prononcer le verdict, le condamné attend le jour de son exécution dans la prison de Bicêtre où il assiste, depuis sa nouvelle cellule que le geôlier lui propose, au ferrage des forçats qui vont être transférés vers le bagne de Toulon, une distraction cruelle à laquelle le condamné succombe évanouit.

Axes de lecture :

I/ Un spectacle infernal
II/ La réalité bouleversante

Synthèse :

Dans ce chapitre on assiste à un rite cruel que le narrateur nous transmet en adoptant une narration à dimension théâtrale dans laquelle il nous présente la scène où les soldats alignent les forçats condamnés aux travaux forcés pour qu’ils soient transférés à Toulon , cette scène similaire à la sortie des acteurs des coulisses , rappelle au narrateur un spectacle théâtral qui a perdu son allure amusante pour se transformer à une présentation infernale et ignoble qui dégage la peur et le dégout autant pour les spectateurs ( prisonniers dont le narrateur) que pour les acteurs ( forçats),sur une scène aride et stérile de toute émotion se tiennent les forçats, sous un soleil luisant et un temps aussi beau qu’un jour d’été , prêts à être humiliés par les soldats , ensuite par les médecins pour céder ultérieurement à la phase de torture.et c’est ainsi que commencera l’étape où cette fête se transformera en un enfer démunis de toute humanité où la fatalité se pointe de son poids aussi lourd que les sentences des prisonniers et où les forçats essaient à tout prix de détourner le sort et se faire éviter le voyage mais en vain, à ce moment le regard qui était penché vers les forçats se retourne vers les prisonniers aux fenêtres dont le narrateur pour leur rappeler la vérité bouleversante qui les attends, Hugo dans cette partie use de l’humour noir pour remémorer au prisonniers en premier degrés au lecteurs dans un second du principe du Karma qui veut que chaque spectateur sera à un certain moment de sa vie acteur lui aussi et dépendra de ses actes passés, cette image illustrées sur le champs par le narrateur qui devient à son tour acteur au centre des regards de tout les prisonniers pour lui rappeler sa condamnation à mort , ce derniers pris par tout les sentiments d’effroi et de terreur finit la scène par un évanouissement qui n’est autre qu’une petite mort qui nous signale à priori la fin du roman.

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Espace membre