Cnaem 2020: Corrigé de l’épreuve de culture générale

Dissertation de culture générale – CNAEM 2020

Sujet : « Le désir d’un meilleur état est la source de tout le mal dans le monde ».

Ernest Renan, Études d’histoire religieuse, 1857.

 

L’auteur de la citation :

Philosophe et écrivain français | Né le 28 Février 1823. Décidé à devenir prêtre, Ernest Renan suit une solide formation en théologie et en philosophie

 

Remarques générales :

On est dans une perspective morale ou moralisante. Le sujet est un aphorisme : Rappelant que l’aphorisme est un principe ou un concept de pensée sous forme d’idées paradoxales.

Dans le sujet, Il y a une dimension universelle : (le présent gnomique) de cette maxime en témoigne.

Le sens implicite du sujet : Il faut se méfier, se défaire du désir car tout le mal dans le monde en découle. Donc le désir est perçu comme une négativité. Si on se réfère au sujet-aphorisme, nous pouvons conclure que  le désir ne peut être appréhendé que selon le prisme de la négativité. «  Tout le mal », la totalité des maux, des malheurs proviennent des désirs et pulsions des hommes. = Cela rejoint la vision dépréciative du désir. On peut penser dans ce sens à Platon , Saint augustin et toute la théologie chrétienne.

Analyse du sujet et problématisation :

Le désir d’un meilleur état :état : Ety : « tenir debout, tenir droit »). : Equilibre, une affirmation dans le monde.Le meilleur état pour l’homme c’est quoi ? La satisfaction, la possession d’un objet désiré. Cet objet peut être matériel, sensible, palpable ou abstrait. Le meilleur état consiste possiblement en la satisfaction de tous ses désirs comme le pensent les partisans de la doctrine hédoniste.

Le mot meilleur : est un superlatif, il renvoie à l’idée de l’intensité, à l’extrême. C’est-à-dire au point culminant de la chose.                 Cela suppose que si les désirs sont tempérés, si les  sujets désirants ne seront pas en quête intensifiée de « ce meilleur état », le mal peut être esquivé.

L’intensification des désirs provient justement de ce que Pascal appelle « la folle du logis » à savoir l’imagination qui dénature le désir en le transformant en source de désordre et isole l’individu de la réalité du monde qui l’entoure.

Mais «  le meilleur état » est-il atteignable ? Cette question  rappelle naturellement : Le caractère infernal du désir : réaliser un désir annonce immanquablement la naissance d’un autre désir qui demande lui aussi à être réalisé.

La source de tout le mal dans le monde: Comment se manifeste le mal dans le monde, le mal dont le désir est la source ?

Qu’est-ce que le mal : Selon la définition la plus simple et la plus courante, le mal renvoie aux comportements ou aux états de fait jugés nuisibles, destructeurs ou immoraux, et qui sont sources de souffrances morales ou physiques.

Le mal à l’échelle de l’individu et à l’échelle de la collectivité : Il y a des désirs pulsionnels qui provoquent souffrance et frustration.

Hobbes dans le Léviathan et Freud dans Malaise dans la civilisation pensent le désir, dans sa forme paroxystique et pulsionnelle comme source du désordre social. C’est pourquoi selon Durkheim, les hommes, dans la société encadre le désir par la loi, comme fonctionne comme le pense Foucault comme un dispositif régulateur contre le mal.

Voici des pistes de réflexion possibles :

  • Le désir, poussé à l’extrême, en quête d’un meilleur état possible génère le mal, tout le mal dans le monde :

Trois approches sont possibles pour aborder cette idée :

  • L’approche morale, théologique: Tout désir et transgression. Platon, La Bible / Le désir comme manque le désir comme transgression, le désir comme souffrance.
  • L’approche psychanalytique : La différence entre le désir et la pulsion chez Freud dans Introduction à la psychanalyse : Parfois un désir inconscient né justement de notre contact avec le réel provoque un mal, une souffrance parfois des comportements délétères dont le sujet ignore l’origine tant que le «  moi n’est pas toujours souverain dans sa demeure ». L’approche sociologique : Hobbes dans le Léviathan. L’ordre social est menacé par le mal qui découle des pulsions antisociales des sujets désirants. Idée que corrobore Kant dans son Idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique (1784)

 

  • Mais le mal dans le monde peut provenir aussi d’une difficulté à vivre son désir dans le monde :

 

Les morales ascétiques sont très réductrices en ce sens qu’elles associent le désir au mal alors que cette tendance naturelle de tout un chacun vers un objet désiré est l’essence même de l’homme. Les morales ascétiques comme le pense Nietzschesont dénaturantes et castratrices. Le mal dans le monde vient en effet de cette tendance à  trop légiférer ou interdire.  Priver l’homme du désir sous prétexte que le désir est l’unique source de tous les maux c’est demander la contre-nature à l’homme.

  • Il est possible à conjurer le mal condition de faire soumettre le désir à l’impératif moral et aux lois sans aliéner, dénaturer ou déshumaniser : Holbach –
  • Freud dans Malaise dans la culture: Les hommes dans la civilisation sont conscients des maux qui découlent des désirs mais ils sont aussi conscients des malheurs que provoque le caractère superflu et aliénants des lois liberticides.
  • André compte sponville dans Dictionnaire philosophique

Ce qu’il faut condamner, c’est le désir démesuré, poussé à l’extrême par « la folle du logis » ou les stratégies marketing dans les sociétés de consommation comme l’analyse Baudrillard.  La notion de Désir amplifié chez Baudrillard dans Système de signes.

 

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Espace membre