Dissertation: Désir et démesure, par Wafae Abid

 

 

Désir et démesure

 

 

Désir: Manque, Passion, Envie, Besoin, Tendance vers un objet désiré, Inclination, volonté, appétit

Démesure: Excès, folie, exagération, outrance, immodération, hypertrophie

 

  • Le désir est une inclination vers un objet désiré, il désigne un appétit en progression, une passion qui occupe l’esprit de l’homme.
  • Ce désir est tantôt modéré tantôt excessif, tantôt rationnel tantôt fou, tantôt atrophique tantôt hypertrophique.
  • Le désir est conçu comme un dépassement du besoin, considéré comme une volonté justifiée et mesurée ; il est parfois superflu, inutile et insensé.
  • Ce dépassement est parfois nécessaire, car c’est ce qui définit l’homme et prouve sa supériorité par rapport aux autres espèces.
  • Le désir est-il essentiellement démesuré ? Pluralité, répétition, endurance, persistance…tant de mots qui renvoient à l’entêtement du désir.
  • Le désir est parfois irréel et maléfique : l’ambition démesurée des hommes, l’attachement au non-nécessaire, la conquête d’objets d’autrui, le désir de pouvoir, le désir du mal.
  • La démesure du désir manifeste aussi l’émergence du ça, l’iceberg caché de la personnalité humaine : agressivité, sexualité, domination, soumission.
  • La démesure est le fruit de la modernité, de la marchandise et de la consommation.
  • Si le désir est démesuré, l’homme tend donc à l’orienter, à le sublimer à travers outils civilisés et artistiques : la création de l’Etat, l’art, la religion, la spiritualité, la philosophie, la civilisation, la loi…etc.

 

Problématiques :

  • En quoi le désir démesuré représente-t-il le signe d’une tendance à tout posséder ?
  • La démesure n’est-elle pas l’empreinte du désir spécifiquement humain ?
  • Dans quelle mesure l’homme transforme-t-il le désir excessif et incontrôlable à un désir sublimé, transcendant toute possession pathologique et tout appétit irrationnel ?

 Plan détaillé de la dissertation : 

I- Le désir démesuré : De la possession vers la débauche.

1- Qu’est ce qu’un désir démesuré ?

  • Le péché originel représenté par les religions monothéistes, film l’associé du diable de Taylor Hackford.
  • Le désir de pouvoir dans le mythe des androgynes – Platon- . 
  • Un désir démesuré est un acte transgressif.
  • Les désirs ni naturels ni nécessaires, ce qui ne dépend pas de nous –l’épicurisme, le stoïcisme-.

2- La démesure est-elle un choix conscient ?

  • Le libertinage : courant philosophique et artistique du 17ème et 18ème siècle. (Laclos, Casanova, Crébillon fils, Dom Juan)
  • La multiplication des biens (D’Holbach), la tendance mercantiliste (Baudrillard), la société marchande (Michel Onfray).

La démesure est certes l’une des manifestations du désir humain incalculable. Cependant, ce désir effréné est parfois le signe d’un manque psychologique, d’une carence irrémédiable.

II- Le désir démesuré ou la révolte de l’inconscient.

 1- Du désir d’agressivité au désir de pouvoir ou de soumission

  • L’être humain est naturellement agressif, la rationalité n’est qu’illusion éthique. (Freud, Hobbes, Aristote)
  • Tendance à l’esclavagisme : la servitude volontaire (La Boétie, Foucault)

2- Désirer le désir de l’autre 

  • Le désir mimétique, retour à l’âge de l’enfance. (René Girard)
  • Le manque d’ordre dans les sociétés primitives (Locke, Rousseau)

Qu’il soit conscient ou inconscient, connu ou refoulé, le désir démesuré peut être le sujet d’une sublimation artistique ou d’une cristallisation spirituelle.

III- Sublimer la démesure, idéaliser le désir 

1- Le désir esthétique et spirituel : deux transcendances démesurées et embellies

  • Le désir esthétique, synonyme de réplétion (Platon), Du désir du corps dansant au désir de l’art de la danse (Plotin)
  • Le mariage : Légitimer le lien sexuel, l’insérer dans un cadre légitime, licite et légitime => La religion.

2- Les mécanismes étatiques pour orner la démesure

  • La politique marchande : s’attacher aux objets de désirs à travers la publicité, le marketing, la création de l’idée de la nécessité moderne => Le cartésianisme moderne (Barbara Kruger).
  • Affronter la nature sexuelle et libidinale de l’homme en l’intégrant dans la communication médiatique quotidienne (Marcuse).

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Espace membre