Dissertation: désir et imagination. Par Wafae Abid

 

       SUJET :   

« Les désirs insatisfaits sont les forces motrices des productions imaginaires, et chacune d’elle est l’accomplissement d’un désir, une correction apportée à la l’insatisfaisante réalité. »

Freud, L’écrivain et l’imagination

  Définition des mots clés  

Désirs: volonté, appétit, manque, avidité, envie, pulsion, passion.

Insatisfaits: inaccompli, refoulé, inachevé.

Forces: puissance, pouvoir, énergie, volonté.

Motrice: génératrice, action, mouvoir, mouvement, dynamisme.

Productions: fabrication, idée, conception, création.

Imaginaire: abstrait, illusoire, irréelles, rêve, hallucination, fictive, idéale, sublimée.

Accomplissement: achèvement, satisfaction, continuité, réalisation.

Correction: réparation, amélioration, perfectionnement.

Insatisfaisante: décevante, imparfait, défectueuse.

Réalité : monde concret réel, le quotidien/ le vécu, la conscience/l’actualité.

Analyse du sujet

* REFORMULATION *

* Toute volonté inachevée anime l’imagination.

* Ces désirs inaccomplis au réel ont le pouvoir de faire mouvoir les idées de l’imagination.

* L’imagination exploite les lacunes du désir afin de créer une dynamique future, hallucinatoire ou délirante.

* Les désirs refoulés investissent leur force pulsionnelle afin d’apparaitre au niveau des rêves éveillés ou inconscients.

* La fonction des « productions imaginaires » est d’achever les désirs inassouvis dans la réalité, de créer une continuité entre « désirer » et « satisfaire.»

* L’imagination répare le réel en le dépouillant de ses défauts, il s’agit en effet de créer une version améliorée de la réalité tout en la sublimant.

* L’opposition entre la réalité et l’imagination se concrétise au niveau de la satisfaction.

* Le plaisir résultant de l’imaginaire est positif.

* Il s’agit d’un plaisir à désirer et à concevoir le futur épanoui.

* De même, il perfectionne le passé insatisfaisant.

* REMISE EN QUESTION *

Ø  Ce ne sont pas les désirs insatisfaits qui animent l’imagination, puisqu’ils sont faibles et impuissants. Dans le langage psychanalytique, ils représentent des désirs

Ø  réprimés par le surmoi. Le désir moral dépasse le désir pulsionnel.

Ø  Les conceptions imaginaires n’accomplissent pas le désir réel insatisfait, mais elles inventent une illusion de satisfaction, ce qui n’est pas un plaisir réel.

Ø  L’abstraction  hallucinatoire ne peut réparer la réalité concrète ; Elle n’est qu’une tentative fantasmatique.

Ø  L’imagination se penche sur des désirs satisfaits : exemple: reproduction d’un plaisir  => bloquer l’individu au passé

Ø  Elle passe d’un désir satisfait à la recherche d’un nouveau plaisir => création d’un plaisir à désirer : la multiplication des jouissances.

Ø  L’imagination est au lieu de sublimer la réalité, elle la déforme. Elle permet à l’être ce qu’il ne peut jamais avoir.

* PROBLEMATIQUES POSSIBLES*

§  Le désir imaginaire est-il le substitut idéal de la volonté réelle ?

§  En quoi l’imagination, fantasmatique qu’elle soit, reflète-t-elle une sublimation des insatisfactions des appétits concrets ?

§  Existe-t-il un plaisir imaginaire ?

§  Le plaisir imaginaire est-il plus intense qu’une jouissance réelle ?

§  Vu son caractère hallucinatoire, l’imagination n’est-elle pas en vérité une déformation du réel, qui illusionne et déçoit l’être ?

 

   Plan détaillé :

I-                  Le pouvoir sublimatoire de l’imagination

1-      L’imagination est animée par le désir => L’écrivain et l’imagination– et L’avenir d’une illusion – Sigmund Freud ; Le désir d’éternité – Ferdinand Alquié.

2-      L’imagination efface les lacunes du réel insatisfaisant => Julie ou la nouvelle Héloïse– Rousseau ; La laitière et le pot au lait – La Fontaine.

 

Transition : L’imagination répare le réel en aidant l’individu à dépasser ses déceptions. Un désir insatisfait peut être accompli à travers les « investissements hallucinatoires » et leurs promesses futuristes. Cependant, Il se peut que les désirs satisfaits participent à l’enrichissement des « productions imaginaires », que le réel corrige la fiction.

II-              L’imagination se nourrit des jouissances antérieures

 

1-      Imaginer n’est qu’une répétition d’un plaisir nostalgique => Albertine Disparue – Proust ; Ferdinand Alquié – l’amour nostalgique.

2-      Le désir satisfait alimente la fiction => Passer d’un désir à l’autre,  le plaisir retrouvé stimule un autre => Condillac, Eloge de l’amour –Alain Badiou.

 

Transition : Qu’il se nourrit de désirs insatisfaits ou de jouissances successives, l’imagination fait du plaisir une idée délirante puisqu’elle multiplie les possibilités du réel, crée de fausses promesses et trahit les attentes de l’homme. Au lieu d’être source de consolation, elle se transforme à une puissance trompeuse et décevante.

III-             Toute production hallucinatoire est une déformation du réel

1-      La fiction illusionne l’individu => Emile – Rousseau ; Fondements de la métaphysique de mœurs – Kant.

2-      Du plaisir à désirer vers la déception => Le mépris – Antonio Moravia ; Le seul et vrai paradis – Christopher Lasch (La nostalgie déforme le temps et la conscience.)

 

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Espace membre