La productivité et l’emploi

eco droit

Introduction

Selon HCP, Pour 1 heure travaillée et payée 13,46 DH, le Marocain produit 35,50 DH.Cette réalité met l’accent sur la notion de la productivité qui désigne la mesure d’efficacité d’un processus de production. Elle est le rapport entre la production réalisée et (le ou les) facteurs de production, ainsi Le gain de productivité est défini, en économie, par l’augmentation de la productivité durant une période fixée. .Ce concept présente plusieurs formes ; on a la productivité travail, capital et globale des facteurs. La productivité est vraiment liée à la notion de d’emploi qui consiste à utiliser des personnes actives de la population à des activités économiques. Pour analyser ce sujet il faut répondre à la problématique suivante : Quels sont les origines des  gains de productivité et ses effets sur l’emploi ?

Dans la première partie on va analyser Les gains de productivité : origine et répartition. Et dans la deuxième partie les effets de productivité sur l’emploi.

  1. Les gains de productivité : origine et répartition

Pour commencer, le progrès technique est la principale source des gains de productivités. Le progrès technique représente l’ensemble des innovations de produits et de procédés.
Car, en effet, une augmentation de l’intensité capitalistique permet une plus forte production mais sans augmenter la quantité de travail. Par conséquent, la productivité du travail va augmenter et donc les gains de productivité vont accroître. Mais pour autant, ces gains de productivité sont limités dans le temps et les rendements sont décroissants.
D’autant plus, les innovations de procédés  sont très importantes pour le progrès technique. La naissance de nouvelles inventions dans l’économie, de nouvelles techniques de production, permet donc d’accroître l’efficacité des facteurs de production. Ce qui fait donc l’augmentation des gains de productivité.
De plus, les changements de l’organisation du travail qui sont les nouvelles formes d’innovations du travail permettent l’augmentation de la productivité comme le Taylorisme. Et donc les gains de productivité sont plus importants.

La répartition des gains de productivité :

Les gains de productivité peuvent être répartis entre les profits (revenus du capital et/ou investissement), les salaires, la réduction du temps de travail, les impôts et les cotisations sociales et la baisse des prix.

Ainsi, sur le long terme, la croissance de la productivité explique qu’il a été possible, à la fois, de réduire la durée du travail (sous toutes ses formes), d’augmenter le pouvoir d’achat et de financer la protection sociale ainsi que l’offre de services publics.

  1. Les effets de productivité sur l’emploi

Les gains de productivité sont, toutes choses égales par ailleurs, destructeurs d’emplois. Mais cet effet peut être compensé par un bon équilibre de leur répartition. C’est ce qui aurait permis, selon l’école de la régulation, une forte croissance de la productivité sans perte d’emploi pendant les trente glorieuses.

Selon la théorie de la compensation (A. Sauvy) les gains de productivité peuvent créer au moins autant d’emplois qu’ils en éliminent, si le taux de croissance du PIB dépasse celui de la productivité apparente du travail :

La substitution du capital au travail dans une branche génère des emplois dans les branches produisant les biens de production. Mais la compensation est en général incomplète, sinon les gains seraient annulés au niveau global.

Si les gains sont répercutés en partie sur les prix, la baisse de ces derniers devrait générer un surplus de croissance, par la demande, favorable à l’emploi. Le résultat final dépend de l’élasticité de la demande par rapport aux prix.

La hausse du pouvoir d’achat (combinaison de baisse des prix et d’augmentation des revenus) qui peut en résulter est également favorable à l’emploi. Mais cela dépend du contenu en emplois du supplément de croissance.

Les facteurs « enrichissant » sont multiples : baisse du coût du travail, réduction individuelle ou collective de la durée du travail, flexibilisation … Selon les thèses libérales, la rigidité des salaires peut limiter l’effet de compensation. Si les salaires progressent autant dans l’ensemble de l’économie que dans les secteurs réalisant des gains de productivité, les travailleurs à faible productivité peuvent être délaissés par les entreprises (c’est un des arguments pour justifier l’individualisation des rémunérations et la décentralisation des négociations salariales).

Les effets de la productivité sur l’emploi dépendent également de l’intensité de la concurrence : la concurrence stimulerait l’innovation et les gains de productivité (surtout dans les secteurs peu concurrentiels) et, à long terme, elle devrait améliorer le niveau de l’emploi en favorisant l’acceptation des réformes structurelles ; mais à court terme l’effet sur l’emploi peut être négatif.

Sur longue période les emplois détruits dans l’industrie sont compensés par des créations d’emplois dans le tertiaire (théorie du déversement : La théorie du déversement est une théorie économique indiquant que des progrès techniques améliorant la productivité engendrent un transfert (déversement) des emplois d’un secteur d’activité vers un autre. Cette thèse est formulée par l’économiste et démographe français Alfred Sauvy.).

Conclusion
La relation productivité emploi est complexe. Les conséquences des gains de productivité dépendent pour une grande part de leur affectation. Si pendant les trente glorieuses une répartition équilibrée a constitué un soutien de la croissance et de l’emploi, la modification du contexte macroéconomique a conduit les entreprises à rechercher prioritairement la compétitivité au moyen de la substitution du capital au travail et/ou de la baisse des prix relatifs. Les effets positifs sur la croissance ont été en grande partie annulés par la pression à la baisse sur les coûts salariaux et la stagnation de la demande interne.

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Espace membre