Résumé de texte, type CNAEM Sigmund Freud – « Une difficulté de la psychanalyse » : Par Adel Elouarz

Texte à résumer

Résumez le texte ci-dessous en 180 mots  (+ ou – 10%). Pour en faciliter la vérification, mettez une barre tous les 20 mots et indiquez clairement à la fin de votre résumé le nombre total des mots employés. 

Je voudrais exposer comment le narcissisme, l’amour-propre de l’humanité en général a jusqu’à présent éprouvé, de par l’investigation scientifique trois graves humiliations.

a) Au début de cette investigation, l’homme pensa d’abord que son habitation, la terre, se tenait en repos au centre de l’univers, tandis que le soleil, la lune et les planètes se mouvaient dans des orbites circulaires autour de celle-ci. Il en croyait ainsi naïvement ses sens, car l’homme ne sent point le mouvement de la terre, et partout où il peut porter librement ses regards, il se trouve au centre d’un cercle qui renferme le monde extérieur. La position centrale de la terre lui était d’ailleurs une garantie du rôle prédominant de celle-ci dans l’univers et semblait en harmonie avec sa tendance à se sentir le seigneur de ce monde.

La ruine de cette illusion narcissique se rattache pour nous au nom et à l’œuvre de Nicolas Copernic, au XVIe siècle. Les pythagoriciens avaient, bien longtemps avant lui, eu des doutes sur cette situation privilégiée de la terre et Aristarque de Samos, dès le IIIe siècle avant J.-C., déclarait que la terre était plus petite que le soleil et qu’elle devait se mouvoir autour de cet astre. Ainsi, même la grande découverte de Copernic avait déjà été faite avant lui. Mais lorsqu’elle obtint l’assentiment général, l’amour-propre humain éprouva sa première humiliation, la cosmologique.

b) L’homme s’éleva, au cours de son évolution culturelle, au rôle de seigneur sur ses semblables de race animale. Mais, non content de cette prédominance, il se mit à creuser un abîme entre eux et lui-même. Il leur refusa la raison et s’octroya une âme immortelle, se targua d’une descendance divine qui lui permettait de déchirer tout lien de solidarité avec le monde animal […] Nous savons tous que les travaux de Charles Darwin, de ses collaborateurs et de ses prédécesseurs, ont mis fin à cette prétention de l’homme voici à peine un peu plus d’un demi-siècle. L’homme n’est rien d’autre, n’est rien de mieux que l’animal, il est lui-même issu de la série animale, il est apparenté de plus près à certaines espèces, à d’autres de plus loin. Ses conquêtes extérieures ne sont pas parvenues à effacer les témoignages de cette équivalence qui se manifestent tant dans la conformation de son corps que dans ses dispositions psychiques. C’est là cependant la seconde humiliation du narcissisme humain : l’humiliation biologique.

c) La troisième humiliation, d’ordre psychologique, lui est cependant la plus sensible. L’homme, quelque rabaissé qu’il soit au-dehors, se sent souverain dans sa propre âme. Il s’est forgé quelque part, au cœur de son moi, un organe de contrôle qui surveille si ses propres émotions et ses propres actions sont conformes à ses exigences. La perception intérieure, la conscience, rend compte au moi de tous les processus importants qui ont lieu dans l’appareil psychique, et la volonté, guidée par ces renseignements, exécute ce qui est ordonné par le moi, corrigeant ce qui voudrait se réaliser de manière indépendante. Car cette âme n’est rien de simple, mais bien plutôt une hiérarchie d’instances supérieures ou inférieures, un enchevêtrement d’impulsions qui, indépendantes les unes des autres, cherchent à se réaliser et qui répondent au grand nombre d’instincts et de rapports au monde extérieur, beaucoup d’entre elles étant contraires et incompatibles. Il est nécessaire à la fonction psychique que l’instance supérieure prenne connaissance de tout ce qui se prépare et que sa volonté puisse pénétrer partout pour y exercer son influence. Et le moi se sent assuré aussi bien de l’intégralité et de la sûreté des renseignements que de l’exécution des ordres qu’il donne.

Dans certaines maladies et, de fait, justement dans les névroses, que nous étudions, il en est autrement. Le moi se sent mal à l’aise, il touche aux limites de sa puissance en sa propre maison, l’âme. Des pensées surgissent subitement dont on ne sait d’où elles viennent ; on n’est pas non plus capable de les chasser. Ces hôtes étrangers semblent même être plus forts que ceux qui sont soumis au moi; ils résistent à toutes les forces de la volonté qui ont déjà fait leurs preuves, restent insensibles à une réfutation logique, ils ne sont pas touchés par l’affirmation contraire de la réalité. Ou bien il survient des impulsions qui semblent provenir d’une personne étrangère, si bien que le moi les renie, mais il s’en effraie cependant et il est obligé de prendre des précautions contre elles. Le moi se dit que c’est là une maladie, une invasion étrangère et il redouble de vigilance, mais il ne peut comprendre pourquoi il se sent si étrangement frappé d’impuissance.

La psychiatrie conteste à la vérité que ces phénomènes soient le fait de mauvais esprits du dehors qui auraient fait effraction dans la vie psychique, mais elle se contente alors de dire en haussant les épaules : dégénérescence ou prédisposition héréditaire ! La psychanalyse entreprend d’élucider ces cas morbides inquiétants, elle organise de longues et minutieuses recherches, elle se forge des notions de secours et des constructions scientifiques, et, finalement, peut dire au moi : « Il n’y a rien d’étranger qui se soit introduit en toi, c’est une part de ta propre  vie psychique qui s’est soustraite à ta connaissance et à la maîtrise de ton vouloir. C’est d’ailleurs pourquoi tu es si faible dans ta défense ; tu luttes avec une partie de ta force contre l’autre partie, tu ne peux pas rassembler toute ta force ainsi que tu le ferais contre un ennemi extérieur. Et ce n’est même pas la pire ou la plus insignifiante partie de tes forces psychiques qui s’est ainsi opposée à toi et est devenue indépendante de toi-même. La faute, je dois le dire, en revient à toi. Tu as trop présumé de ta force lorsque tu as cru pouvoir disposer à ton gré de tes instincts sexuels et n’être pas obligé de tenir compte le moins du monde de leurs aspirations. Ils se sont alors révoltés et ont suivi leurs propres voies obscures afin de se soustraire à la répression, ils ont conquis leur droit d’une manière qui ne pouvait plus te convenir. Tu n’as pas su comment ils s’y sont pris, quelles voies ils ont choisies ; seul, le résultat de ce travail, le symptôme, qui se manifeste par la souffrance que tu éprouves, est venu à ta connaissance. Tu ne le reconnais pas, alors, comme étant le rejeton de tes instincts repoussés et tu ignores qu’il en est la satisfaction substitutive.  « Mais tout ce processus n’est possible qu’à une seule condition : c’est que tu te trouves encore dans l’erreur sur un autre point important. Tu crois savoir tout ce qui se passe dans ton âme, dès que c’est suffisamment important, parce que ta conscience te l’apprendrait alors. Et quand tu restes sans nouvelles d’une chose qui est dans ton âme, tu admets, avec une parfaite assurance, que cela ne s’y trouve pas. Tu vas même jusqu’à tenir « psychique » pour identique à « conscient », c’est-à-dire connu de toi, et cela malgré les preuves les plus évidentes qu’il doit sans cesse se passer dans ta vie psychique bien plus de choses qu’il ne peut s’en révéler à ta conscience. Laisse-toi donc instruire sur ce point-là! « Le psychique ne coïncide pas en toi avec le conscient : qu’une chose se passe dans ton âme ou que tu en sois de plus averti, voilà qui n’est pas la même chose. A l’ordinaire, J’en conviens, le service d’information fait à ta conscience peut suffire à tes besoins. Tu peux te bercer de l’illusion que tu apprends tout ce qui est le plus important. Mais dans bien des cas, par exemple à l’occasion de l’un de ces conflits instinctuels, il te fait faux bond, et alors ta volonté ne va pas plus loin que ton savoir. Mais, dans tous les cas, ces renseignements de ta conscience sont incomplets et souvent peu sûrs ; bien souvent encore il se trouve que tu n’es informé des événements que lorsqu’ils sont accomplis et que tu n’y peux plus rien changer. Qui pourrait, même lorsque tu n’es pas malade, estimer tout ce qui se meut dans ton âme dont tu ne sais rien ou sur quoi tu es faussement renseigné? Tu te comportes comme un monarque absolu qui se contente des informations que lui donnent les hauts dignitaires de la cour et qui ne descend pas vers le peuple pour entendre sa voix. Rentre en toi-même profondément et apprends d’abord à te connaître, alors tu comprendras pourquoi tu vas tomber malade, et peut-être éviteras-tu de le devenir. »

C’est de cette manière que la psychanalyse voudrait instruire le moi. Mais les deux clartés qu’elle nous apporte : savoir, que la vie instinctive de la sexualité ne saurait être complètement domptée en nous et que les processus psychiques sont en eux-mêmes inconscients, et ne deviennent accessibles et subordonnés au moi que par  une perception incomplète et incertaine, ce qui conduit à affirmer que le moi n’est pas maître dans sa propre maison. Elle constitue la troisième humiliation de l’amour-propre humain, je l’appellerai la psychologique. Quoi d’étonnant alors à ce que le moi n’accorde pas ses faveurs à la psychanalyse et refuse opiniâtrement d’avoir foi en elle!

Sigmund Freud, « Une difficulté de la psychanalyse »,   in Essais de Psychanalyse Appliquée, 1917

 

  • Thèse du texte :

En suivant l’histoire des sciences, l’on assiste à la décadence du statut de l’homme qui, loin de se vanter d’une quelconque grandeur, se trouve devant le devoir de s’humilier et de se replier sur soi-même pour mieux se valoriser.

Schéma argumentatif :

  • Les articulations logiques du texte :

  • Première unité de sens :

Par 1 : la science, en évoluant, reproche à l’homme toute grandeur.

Par 2 et 3 : Dans la cosmologie, le passage du géocentrisme à l’héliocentrisme a modifié le statut de l’homme dans l’univers en le détrônant car il n’est plus vu comme maitre de l’univers.

De même,

Par 4 : Le Darwinisme, en apportant un démenti à l’origine transcendantale de l’homme, rapproche l’humain de l’animal au niveau physique et psychique.

Finalement,

Par 5 et 6 : D’un point de vue psychologique, l’être humain se vantait de la maitrise de soi et du contrôle exercé sur ses impulsions internes. Cependant, certains troublent échappent à sa mainmise et lui rappellent son impuissance.

  • Deuxième unité de sens :

Par 7 : Si la psychiatrie impute certains troubles à des facteurs extérieurs, la psychanalyse incite l’humain à effectuer une introspection capable de l’informer sur les facteurs internes inscrits dans le psychique.

  • Troisième unité de sens :

Par 8 : Ainsi, (voir dans le texte : « c’est de cette manière… ») La psychanalyse dévoile la fatuité de l’homme : l’impuissance de l’homme à endiguer le flux de certaines impulsions renseigne sur sa soumission à des facteurs de l’inconscient.

  • Résumé :

             L’évolution des sciences semble capable de reprocher à l’homme toute prétention : Dans le domaine de la cosmologie, la révolution copernicienne soutenant l’héliocentrisme au détriment du géocentrisme détrône l’homme de son statut du maitre de l’univers.La biologie apporte un deuxième grief à la vanité humaine. En effet, s’il est traditionnellement vu comme reflet de la perfection divine sur terre, l’être humain, pour Darwin, est assimilé à l’espèce animale aussi bien au niveau physique que psychique. En troisième lieu, l’être humain, aux yeux des psychologues, a droit de se vanter de sa maitrise de soi et des conflits qui lui sont internes, cependant il s’est // avéré que certains troubles échappent à sa mainmise et, du coup, lui rappellent son impuissance. 114 + 13

             Mais si la psychiatrie impute facilement ces anomalies à des facteurs extérieurs, la psychanalyse incite plutôt le sujet à effectuer une introspection. Cette dernière lui servira à sonder les mystères de ce qui est « psychique » plus que « conscient ».38

             Ainsi, la psychanalyse présente un troisième démenti à la fatuité de l’homme car ce dernier semble plus esclave que maitre de soi. 23

                                                              188 mots

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Espace membre